Congés imposés : la position de l’UNSA

#congé #UNSA #pandémie
Dernière mise à jour le : 22 avril 2020

Publié sur le site de l’UNSA-DD : https://unsa-developpement-durable....

Un peu d’élégance…

Cette qualité manque cruellement à ceux qui ont osé pondre l’ordonnance 2020-430 du 15 avril 2020 relative à la prise de jours de réduction du temps de travail ou de jours de congés entre la période du 16 mars et du 11 mai.

Ce texte scandaleux vise tant les agents en autorisation spéciale d’absence (ASA) que ceux qui ont télétravaillé pendant le confinement.

Les ASA de la honte !

Aujourd’hui on veut faire payer aux agents en ASA un total de 10 jours de congés. Rappelons-nous que ces agents sont dans cette situation, car ils sont dans l’incapacité de télétravailler ou qu’ils sont dans l’obligation de s’occuper de leurs enfants. Parmi eux, souvent des parents isolés ou des conjoints de soignants.

Injuste et inélégant, c’est le moins que l’on puisse dire.

Lorsque l’on sait qu’en plus ces collègues se verront pour la plupart retirer 3,5 jours d’ARTT en application des règlements sur le temps de travail et que les jours de congés pris n’ouvriront pas droit aux jours de fractionnement, ce n’est plus de l’inélégance, c’est du mépris ! Mépris alors que la solidarité est mise en avant dans les conférences de presse.
Pour l’UNSA, cette mesure doit être tout simplement annulée.

Les télétravailleurs contraints de poser 5 jours ?

Entre aujourd’hui et le 11 mai, les chefs de service peuvent imposer aux agents de poser 5 jours de congés. On peut comprendre le besoin de poser des jours durant cette période difficile, encore faut-il que cette pause soit de qualité et voulue par l’agent. Pour l’UNSA, le principe des 5 jours est une bonne démarche si et seulement si elle est faite sur la base du volontariat.

L’UNSA Développement Durable propose donc à notre ministère une application « tout en nuance » de cette loi inique : classement vertical de la première partie et une deuxième partie basée uniquement sur un choix personnel.

Maintenant la balle est dans le camp de notre Secrétaire Générale et de notre DRH.

Feront-ils preuve d’élégance et d’intelligence ? C’est à eux d’en décider.